Aller au contenu. | Aller à la navigation

Organisation pour le Développement
avec des Nouvelles Solidarités
Accueil Actions & Projets Projets A Redes, des jeunes vers l’insertion par le travail.

A Redes, des jeunes vers l’insertion par le travail.

Au Nicaragua dans la ville de Sandino, on cherche à unir des efforts pour l’insertion par le travail au niveau municipal, en impliquant les autorités et des organisations locales: une chance pour les jeunes de Nueva Vida, ce quartier sans infrastructures, habité encore par les familles évacuées de Managua en 1998, suite au passage de l’ouragan Mitch !

L’Objectif est de contribuer au progrès socio-économique de la Ville de Sandino avec des processus de formation et d’insertion par le travail dans la municipalité comme une voie de dynamisation des possibilités de travail pour les jeunes avec l’Association Redes de Solidaridad et son école technique.

Il existe tout un programme de pratiques d'insertion par le travail pour des adolescents(es) et des jeunes; cela suppose un élargissement de la fonction d'agent de développement local que Redes réalise avec son école technique, en s’ouvrant au niveau municipal.

 

Il y a 3 types d'activités:

Activité 1. Fonctionnement de l’Ecole Technique de Formation au Travail pour des jeunes en situation de risques d’exclusion

L’Ecole disposait d’ateliers de soudure, de sérigraphie, de maçonnerie et de secrétariat-comptabilité. Seul, ce dernier pouvait intéresser des jeunes filles ou des adolescentes.
Cette carrière était envisagée pour 15 élèves avec des cours soit le matin soit l’après-midi, car l'abandon après les études est habituel à Nueva Vida, en raison de la situation économique difficile des jeunes et de la mobilité élevée des familles à la recherche de moyens de vivre, hors de Sandino.

Pour diminuer les causes de désertion et augmenter l'intérêt des élèves pour les études, l'octroi de bourses pour l’éducation est prévu pour eux. L’École Technique, apporte un contrôle, totalement informatisé, pour la gestion de ces bourses, de façon que l'élève ou son responsable (père, mère ou tuteur) puisse connaître l'état de la gestion des aides, qui incluent tous les frais de la formation.

Actuellement, ils sont 44 inscrits.

 

Activité 2. Programme de pratiques d’insertion professionnelle pour les jeunes.

Le personnel de l'École Technique aura la responsabilité de chercher des lieux pour la réalisation de pratiques professionnelles pour l'ensemble des élèves. Les stages, qui doivent avoir lieu 2 mois avant la fin de la formation, se réaliseront dans des entreprises ou des institutions, publiques ou privées qui désirent accueillir ces jeunes pour une courte période, d'un mois minimum.

Chaque jeune réalisera une pratique de travaux liés à la spécialité étudiée. Son tuteur de l'École Technique réalisera des visites de suivi du jeune et des responsables de la structure d’accueil du jeune.

À la fin de la période, une évaluation conjointe par l'École Technique et la structure d’accueil sera réalisée ainsi qu’une évaluation sur les possibilités du jeune pour prolonger son stage en tant que travailleur rémunéré.

 

Activité 3. Suivi et évaluation du Plan conjoint sur la formation technique et l’insertion professionnelle.

Dans le Projet, on doit réaliser le suivi du Plan Conjoint, en obtenant l'information nécessaire de tous les acteurs impliqués. Pour cela, il faudra établir un système de circulation de l'information générée par chaque institution ou groupe de travail.

On réalisera un plan de suivi qui contiendra des données sur les phases de formation et de pratiques du travail :

  •  Le nombre d'élèves, garçons/filles qui ont commencé, puis qui ont terminé.
  •  Le nombre d'élèves garçons/filles qui ont été acceptés.
  •  Le nombre d'élèves garçons/filles qui ont réalisé la pratique et ont été évalués par le responsable du stage et le tuteur.
  •  La prévision emploi et insertion pour chaque jeune.
  •  L’élaboration et l'évaluation de la rédaction personnelle du curriculum vitae pour chaque jeune.

Le personnel enseignant aidera les garçons et les filles dans l'élaboration de lettres de présentation, de CV ou dans les démarches à réaliser pour l'accès à un emploi.

De la même manière, il y aura une coordination avec d'autres instances municipales, comme le Guichet Jeune de la Mairie ou la Commission municipale de l'enfance et de la jeunesse, pour analyser les possibilités d'insertion professionnelle de chacun.


Coût pour l’insertion professionnelle d’un jeune :  1.335€ pour un an (10 mois),

soit 133,5€ par mois.