Aller au contenu. | Aller à la navigation

Organisation pour le Développement
avec des Nouvelles Solidarités
Accueil Actions & Projets Nouvelles des projets de tambo a l'université - nouvelle 1
Inscrivez-vous à la newsletter
Navigation
Actualités | Toute l'actualité | Abonnez-vous au flux rss

de tambo a l'université - nouvelle 1

Aux Philippines : de TAMBO à L’UNIVERSITE est un programme remarquable pour assurer un développement humain à partir de jeunes qui sollicitent des bourses pour des études primaires, secondaires ou universitaires. Un rapport nous donne des nouvelles …

Ce titre « de Tambo à l’Université » concerne un programme éducatif basé sur la création d’une « communauté » dans un quartier très pauvre à la périphérie de Cagayan de Oro.

 

De quoi s’agit-il ? D’un bel enchaînement de propositions :

- Les familles du quartier sollicitent des bourses d’études pour leurs enfants et s’engagent, en contrepartie de l’obtention de la bourse, à participer à différents modules éducatifs offerts par le Programme.

- Le groupe coordonnateur (une personne représentant chaque zone) visite les familles qui ont le plus de besoins et recueille les demandes justifiées de bourse.

- A partir de l’étude de la situation de la famille, une personne du groupe coordonnateur valide la demande. On établit alors un contrat entre les 2 parties, la famille et le Centre en précisant des obligations pertinentes : le Centre avec le programme s’engage à financer l’éducation du jeune, à le suivre, à faciliter les aides scolaires personnalisées…tandis que la famille s’engage à accomplir toutes les contreparties en participant aux modules éducatifs qui développent des compétences pour trouver du travail.

- Les étudiants boursiers eux, s’engagent à assister aux cours de soutien et à toutes les activités prévues.

- Les étudiants en université sont ensuite les moniteurs des petits frères et sœurs, en cours de scolarité, de la famille de celui ou celle qui a obtenu une bourse.


- Une personne adulte est l’ultime responsable des contacts avec les centres d’enseignement pour réaliser un suivi plus détaillé.

 

Actuellement le nombre d’enfants ou de jeunes boursiers est :

- 7 en primaire
- 15 en secondaire
- 16 en université.

 

Voici les modules de formation professionnelle actuellement offerts par le centre :

- Coiffeuses et cosméticienne avec l’option « cosmétique magie ». 11 femmes sont présentes. Elles pensent trouver du travail dans un salon de coiffure ou aller à domicile comme manucure ou pédicure et ainsi avoir des contacts avec la population.
- Travail d’artisanat. 12 femmes apprennent à réaliser différents produits typiques et communs dans le quotidien de la maison aux Philippines, en maitrisant l’utilisation de la machine à coudre.
- Cours accéléré : des cours pour adultes leur permettent d’obtenir le diplôme de fin d’enseignement primaire ou de fin d’enseignement secondaire. 12 personnes participent à ce programme, dont quelques jeunes qui n’ont plus l’âge d’être inscrits dans un établissement scolaire.
- Atelier de production : depuis le passage du Typhon Sendong qui a causé d’énormes ravages, le diocèse a fourni des machines à coudre et à surfiler. On a organisé un atelier de couture dans lequel des femmes apprennent la coupe-couture. 

Quelques-unes des femmes qui participent aux divers ateliers et qui n’ont plus d’enfants scolarisés, ont commencé un travail de confection dans lequel elles produisent des objets simples comme des coussins, des rideaux, des tongs, des sacs… En juin, elles cousent les uniformes des jardins d’enfants ou d’autres écoles. Elles acceptent aussi de se charger de confectionner des tee-shirts, des robes … Dans le cadre du programme, on achète le matériel. Chaque personne reçoit ensuite l’argent correspondant au nombre de pièces fabriquées. Le prix de vente inclut le matériel, le travail, et le coût estimé pour la maintenance du fonctionnement de l’atelier.

 

La grande difficulté rencontrée est la possibilité d’un marché assuré. Jusqu’à maintenant, les ventes sont irrégulières. On recherche des travaux sur commande !

On ne peut qu’admirer tout ce qui est mis en jeu par les habitants de ce quartier pour répondre aux diverses attentes et développer toutes leurs potentialités.

 

 

 

 

 

Je vis dans un quartier très pauvre et j’ai une grande envie d’étudier …


Peux-tu collaborer à ce programme ?