Aller au contenu. | Aller à la navigation

Organisation pour le Développement
avec des Nouvelles Solidarités
Accueil Actions & Projets Nouvelles des projets A UBU, un enseignement «à distance» - nouvelle 1
Inscrivez-vous à la newsletter
Navigation
Actualités | Toute l'actualité | Abonnez-vous au flux rss

A UBU, un enseignement «à distance» - nouvelle 1

Des nouvelles de l’enseignement à distance dans le Centre éducatif Mgr Salvador Schlaefer à UBU, au Nord Est du Nicaragua, pour des jeunes qui veulent suivre des études secondaires pour devenir un meilleur enseignant en primaire et mieux servir … et le témoignage de Reyna, étudiante nous sont parvenus de ce bout du monde où les trajets pour aller à l’école sont de vraies expéditions, à cheval ou en barque…

UBU est si difficile à trouver au Nicaragua qu’on ne réussit à le situer qu’avec ces coordonnées : 12° 47’ de latitude Nord et 85°07’ de longitude ouest ! Il a 20 habitants au km2. Le climat est tropical : la moyenne des pluies est entre 2400 et 3000 mm par an !


Depuis 3 ans, le Centre Educatif Monseigneur Salvador Schlaefer est porté à bout de bras par la Paroisse du Christ Roi car le gouvernement du Nicaragua a décidé de ne plus subventionner les postes des enseignants ! Aussi, tout le monde se ligue pour épauler ce centre : les parents ont accepté de payer une inscription et des frais de scolarité plus importants ; la municipalité, puis le vicariat, soutiennent ce projet en prenant en charge 2 postes d’enseignants ; certains enseignants se sont engagés comme bénévoles. La paroisse recherche d’autres aides nationales ou internationales. Et, ne pouvant se résoudre à abandonner ce service rendu aux jeunes de cette région, elle a développé la formation à distance. Le père Curé, Fernando Israël Zamora Silva et trois membres de la  Communauté de la Compagnie de Marie Notre Dame, Pili, Rufina et Brinda, tiennent à rester au service des familles les plus pauvres, ignorées par les politiques de l’Etat au niveau de la santé et de l’éducation.

 

Les effectifs en 2014

- La première année du secondaire  :  26 élèves  dont 16 jeunes filles
- La deuxième année du secondaire  :  16 élèves  dont 10 jeunes filles
- La troisième année du secondaire  :  17 élèves  dont 10 jeunes filles
- La quatrième année du secondaire :  25 élèves  dont 15 jeunes filles
- La cinquième année du secondaire  : 26 élèves  dont 17 jeunes filles

Total    :  110 élèves  dont 68 jeunes filles.

Ces élèves ont entre 12 et 38 ans. Ils viennent de 21 villages.

Il faut noter encore que les cours ont lieu dans les locaux de la Paroisse :2 salles paroissiales, 2 couloirs et le garage!

 

L’ensemble des enseignants du primaire n’a même pas de formation secondaire. Car les centres éducatifs de l’Etat donnent priorité à la formation politique plutôt qu’à la formation professionnelle des enseignants.

Dans le Centre, on a mis l’accent sur la formation à distance (cours tous les 15 jours et travail personnel à la maison) à cause des immenses difficultés de trajet. (Cf. présentation du projet sur la page d’accueil du site).

 

On insiste également sur la formation de professeurs pour donner une éducation humaniste chrétienne. La formation personnelle est un objectif prioritaire. C’est pourquoi, une bibliothèque est ouverte pour soutenir les recherches et les travaux d’approfondissement.

 

 

Mais il est important de souligner que tous ceux qui sont impliqués dans ce service veulent continuer à chercher des moyens pour que les jeunes soient acteurs de leur avenir, bâtisseurs d’une société plus humaine et plus juste « en leur donnant le pain de l’enseignement et d’une éducation de qualité au niveau humain, intellectuel et spirituel si nécessaires aux jeunes d’aujourd’hui, et en vivant ce qu’affirme le Livre des Proverbes : ‘Eduque l’enfant sur son chemin et quand il sera devenu vieux, il n’en sortira pas’ ».


TÉMOIGNAGE d’une ETUDIANTE du CENTRE Monseigneur Salvador Schlaefer

" J'ai 33 ans. Depuis 5 ans, je suis étudiante dans l’Institut Monseigneur Salvador Schlaefer, dans le cours du onzième degré. On nous enseigne l’amour et le courage. Ici nous apprenons à être aimables et à vivre en harmonie. Nous vivons aussi de l'amitié entre compagnons de classe et enseignants. On respecte nos droits et notre dignité. Ici on apprend à vivre ensemble.

Cet Institut est de grande valeur dans cette zone dans laquelle les Instituts Publics n'offrent pas de formation de qualité aux étudiants. Dans notre Institut, beaucoup de jeunes catholiques et de non catholiques viennent tous les quinze jours se former.

J'ai préféré, comme plusieurs de mes compagnons étudiants, étudier dans ce Centre à cause de la bonne formation et de la qualité humaine et professionnelle de nos enseignants, bien que je sois une mère célibataire, et que je lutte pour trouver un emploi, en cherchant le pain de chaque jour pour donner de quoi manger à mon fils, pour me former et pour être quelqu'un dans la vie et pouvoir professionnellement me préparer à servir ma commune et mon pays.
Durant ces 5 années d’études, j'ai vu comment nos enseignants sont préparés, sont participants de la transformation des programmes, sont aussi impliqués dans les préparations des cours avec l'appui reçu de la part de la Compagnie de Marie et avec un accompagnement pour être de meilleurs formateurs, avec un haut niveau de responsabilité, de solidarité, d'honnêteté et de bonnes relations humaines avec les étudiants et les élèves.

En tant que membre de cette communauté éducative, je sens que le Centre doit aller de l’avant dans la formation pour une plus grande qualité humaine, spirituelle et morale des jeunes qui en ont tant besoin, en évitant ainsi qu'augmente la délinquance, les mauvaises habitudes et les mauvais traitements envers les plus vulnérables en particulier les femmes et les enfants.

En tant que femme je me sens reconnaissante pour le projet éducatif de ce Centre qui a fait du bien à beaucoup d'étudiants de tous les secteurs, de toutes les couleurs, et de toutes les idéologies politiques et religieuses. On se sent bien formé et aidé par les enseignants et par la Compagnie de Marie au niveau local ainsi que par le prêtre dans la formation spirituelle et intellectuelle, nous, jeunes nicaraguayens." 
 

A Ubu Norte, commune de Paiwas, dans la Région Autonome Côte Caraïbes Sud RACCS,

Le 22 octobre 2014,

Reyna Isabelle Amador López, étudiante